Focus sur les techniques à adopter pour un échouage réussi

échouage réussi

Il n’y a rien de plus apaisant qu’un bateau immobile amarré sur la grève. C’est justement ce que l’échouage offre. Pour les voyageurs, c’est un moment hors du temps puisqu’ils pourront débarquer là où ils veulent. L’échouage doit cependant respecter des règles d’or. Alors, quelles sont ces techniques pour un échouage réussi ?

Un échouage involontaire

Comme son nom l’indique, l’échouage involontaire n’a pas été prévu par les membres de l’équipage. Proscrit, cet échouage peut altérer le bateau. Aussi, pour l’éviter, il est important de réaliser une étude préalable de l’environnement, notamment la marée et la carte. Si l’échouage involontaire a été provoqué par une marée mal calculée, il n’y a pas de véritable problème. Il suffira d’attendre la remontée de la marée pour que le bateau flotte à nouveau. Cette fois, la patience est de mise pour pouvoir repartir. Le plus grave sera un échouage à marée haute. Dans ce cas, le bateau risque d’atterrir à la casse.

Un échouage volontaire

Ce type d’échouage est couramment pratiqué en zone atlantique. Il permet aux voyageurs et à l’équipage de se poser sur une destination le temps de quelques heures. L’échouage volontaire constitue également une excellente alternative pour accéder à des zones difficiles d’accès comme les plages, les bras de mer ou encore les rivières. La pratique de cet échouage doit cependant respecter quelques règles pour qu’il soit réussi. D’ailleurs, il faudra un bateau adapté pour un échouage réussi.

Échouage réussi, où et pour quel type de bateau ?

En général, l’échouage réussi est à la portée de tous les bateaux moteurs disposant d’un Hors-bord. Il faut toutefois s’assurer que la carène du véhicule puisse supporter l’échouage. L’idéal serait de jeter un coup d’œil au moteur hors-bord. Pour le modèle de bateau, les dériveurs intégraux sont les plus adaptés pour un échouage réussi. Spécialement pensés à cet effet, ces modèles disposent de safrans très stables. De même, les bateaux bi-quilles peuvent s’échouer sans problème. Cela est possible grâce à leurs deux quilles et leurs safrans. Les voiliers peuvent également se poser en usant de leurs béquilles.

Pour l’endroit, le mieux serait d’échouer sur un fond marin sablonneux et plat. Les endroits à l’abri du vent sont à privilégier. Il est tout aussi possible de réaliser un échouage réussi sur la vase. Cette deuxième option est cependant moins romantique que la première.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *